Découvrir le parc national du Bic en kayak de mer – RIMOUSKI

Cette balade en mer vous offre l’occasion d’observer des phoques et des oiseaux marins. Ce ne sont là que quelques-uns des petits bonheurs qui vous attendent…

Par Francine Saint-Laurent
28 juillet 2017

Nul besoin d’être un kayakiste professionnel pour découvrir les splendeurs riveraines du parc : les guides professionnels d’Aventures Archipel adaptent leurs services selon votre expérience, que vous soyez débutant ou non. Nous avions à peine commencé à pagayer que déjà nous avons vu un oiseau de grande envergure voler au-dessus de notre tête. C’est un grand héron. Les adultes mesurent plus d’un mètre lorsqu’ils allongent le cou. Ahurissant! L’oiseau se dirige vers l’île Brûlée, qui abrite une héronnière. Notre guide m’apprend qu’il est commun d’en voir lors des sorties en kayak. L’excursion s’annonce des plus prometteuses. On me dit que l’île Brûlée porte ce nom du fait qu’elle a déjà été ravagée, semble-t-il, par un incendie et qu’elle a été dépourvue d’arbres durant plusieurs années. J’apprends aussi que des mouettes tridactyles nichaient autrefois à cet endroit.

Source : Sébastien Bessette

Un décor impressionnant

Pendant le trajet, j’admire les immenses caps qui surplombent le fleuve et qui confèrent au paysage son caractère spectaculaire. Selon une légende tirée du livre Les Étapes d’une Paroisse (1925), de l’abbé Joseph Désiré Michaud, à l’époque de la création, après avoir fait les montagnes, Dieu demanda à un ange d’aller les distribuer sur toute la surface de la Terre. Arrivé dans la région du Bic, au terme de son voyage, l’ange tourna son manteau lourdement chargé et le secoua vigoureusement pour se départir de toutes les montagnes qui restaient. C’est pour cette raison, dit-on, qu’il y a autant de montagnes au Bic.

Je suis également impressionnée par la multitude de conifères agrippés aux flancs des falaises et qui tiennent bon malgré qu’ils soient parfois soumis à des vents violents et aux embruns.

Nous apercevons plus loin l’île du Massacre qui se dresse juste en face de la municipalité du Bic, entre la pointe aux Anglais et l’île Brûlée. Selon la tradition orale, des Abénaquis et des Micmacs se seraient réfugiés dans une grotte de l’île avec des Iroquoises qu’ils avaient capturées. Les Iroquois partis à la rescousse des femmes auraient massacré les ravisseurs.

Source : Sébastien Bessette

Plus loin, nous découvrons l’île aux Amours. Il paraît qu’elle a été nommée ainsi à cause des amants qui venaient s’y réfugier. Les tourtereaux profitaient de la marée montante, quand l’île n’était plus accessible par voie terrestre, pour se retrouver seuls à l’abri des regards. Certains prétendent même qu’une grande partie de la population du village Le Bic aurait été conçue sur l’île aux Amours.

Au cours de cette excursion, il nous arrive parfois de voir de petites têtes rondes surgir de l’eau. Ce sont des phoques communs qui nous observent. Le Bic abrite deux espèces de phoques : le phoque commun (l’emblème du parc national du Bic) et le phoque gris.

Le retour au Havre-du-Bic nous permet une autre fois d’admirer cette magnifique nature et de humer l’air marin à pleins poumons. C’est peut-être cela, la clé du bonheur…

UN INSTANT MAGIQUE…

Notre photographe, Sébastien Bessette, nous fait part de quelques beaux moments qu’il a vécus en kayak au parc national du Bic…

Ma randonnée en kayak de mer m’a permis d’admirer le parc sous un angle bien différent. De plus, j’ai eu la chance d’avoir pour guide Bernard Dugas, le passionné propriétaire d’Aventures Archipel, qui a su être d’une aide précieuse, autant par ses conseils sur la façon de garder plus facilement mon équilibre dans l’embarcation que par son aptitude à partager ses connaissances du panorama pendant que je prenais quelques photos sur l’eau. Comme il est lui-même adepte de photographie et de nature, les conversations étaient particulièrement intéressantes. C’est à coup sûr une expérience à répéter!

Pour en savoir davantage sur notre photographe :
sebastienbessette.com

Source : Sébastien Bessette

À SAVOIR AVANT DE PARTIR :

  • La saison du kayak commence à la mi-mai et se termine autour de la fin de semaine de l’Action de grâce;
  • les kayaks de mer sont stables;
  • la meilleure période pour l’observation des oiseaux : oiseaux de proie (d’avril à mai), eiders à duvet (de la mi-avril à la mi-août), passereaux (juin);
  • la meilleure période et les meilleurs endroits pour l’observation du phoque commun : de la fin de juillet à la fin de septembre. Durant la marée basse, le Cap Caribou (l’Anse aux Bouleaux Ouest); durant la marée haute, la pointe aux Épinettes (l’Anse à l’Orignal);
  • le kayak de mer est une parfaite activité familiale : les parents peuvent amener
    leurs jeunes enfants si la météo s’y prête.

Ce que vous devez apporter :

  • Maillot de bain et serviette;
  • polar, coupe-vent ou imper (selon la température);
  • lunettes de soleil, crème solaire, lunch et bouteille d’eau;
  • souliers d’eau non obligatoires.

Ce qui est fourni :

  • Sac étanche (pour ranger ses vêtements, son appareil-photo et autres articles);
  • Veste de flottaison;
  • Combinaison et bottillons en néoprène;
  • Cordon à lunettes et crème solaire si vous avez oublié d’apporter les vôtres.

CONTACT :
Aventures Archipel
aventuresarchipel.com

POUR DÉCOUVRIR LES ACTIVITÉS ET LES ATTRAITS TOURISTIQUES DE LA RÉGION :
bassaintlaurent.ca

VIDÉO :

À VOIR OU À LIRE :
Pour connaître davantage sur les oiseaux de la région Rimouski-Neigette :
http://cobsl.ca/observations-recentes.html

Laissez-nous vos commentaires

Cet espace est le vôtre, n’hésitez pas à nous laisser vos remarques, commentaires ou suggestions.
Veuillez entrer vos commentaires
Veuillez entrer votre nom