Où aller pour l’observation printanière de la Grande Oie des neiges?

Chaque printemps, la nature nous en met plein la vue avec l’arrivée de milliers de Grandes Oies des neiges qui viennent émailler de taches blanches les eaux et les champs du Québec. Voici quelques endroits incontournables pour qui veut observer ce magnifique oiseau migrateur!

Par Francine Saint-Laurent
Printemps 2018

Sortez votre appareil-photo! Car il n’est rien de plus spectaculaire que d’assister à l’arrivée de centaines de milliers de Grandes Oies des neiges. Ces instants magiques sont d’une courte durée; leur halte migratoire dans le sud du Québec dure à peine de six à huit semaines. Par la suite, les oies sauvages prendront leur envol pour partir vers leurs aires de nidification dans le Haut-Arctique (3 000 km au nord du fleuve Saint-Laurent).

*À noter qu’il est toujours préférable de se renseigner avant de se déplacer afin de s’assurer que les Grandes Oies des neiges sont arrivées, de savoir si elles sont nombreuses et de connaître l’état des marées. Le temps idéal pour observer ces grands oiseaux migrateurs est durant la marée haute, car elles sont alors forcées de s’approcher des berges pour se nourrir, pour le plus grand plaisir des observateurs.

1) Centre d’interprétation de Baie-Du-Febvre

Le lac Saint-Pierre et ses écosystèmes – reconnu comme Réserve de biosphère par l’UNESCO – est considéré la plus grande halte migratoire printanière de la Grande Oie des neiges au Québec (on peut parfois voir 200 000 individus en une seule journée). Le Centre d’interprétation de Baie-Du-Febvre propose aux visiteurs une exposition sur les plaines inondables ainsi que sur notre oie sauvage, une vidéo sur ce magnifique oiseau et sur sa migration. Vous y ferez également des découvertes des produits du terroir à base d’oie domestique (l’utilisation de l’oie sauvage étant interdite). Vous pouvez également profiter de la magnifique vue à partir du deuxième étage dans le confort d’une chaise Adirondack pendant que vous savourez un bon café.

Centre d’interprétation de Baie-Du-Febvre
298, route Marie-Victorin
Baie-du-Febvre (Québec) J0G 1A0
Téléphone : 819 519-6422, poste 3
info@oies.com
baie-du-febvre.net/la-migration-des-oies-blanches

Heures d’ouverture : de 10 h à 16 h, du mercredi au dimanche (le Centre est seulement ouvert durant la période d’observation de la Grande Oie des neiges.

Période d’observation de la Grande Oie des neiges : de la fin de mars jusqu’au début de mai.

2) Parc régional de Beauharnois-Salaberry

Plus près de Montréal, la Grande Oie des neiges peut être également observée à la Halte de l’Oie des Neiges*.

Il y a également la Halte du Héron située à 350 mètres du canal de Beauharnois en rive nord, accessible par le rang Sainte-Marie, qui offre un merveilleux lieu d’observation.

On peut aussi observer ce bel oiseau migrateur à la Halte des Pêcheurs tout près du pont Saint-Louis-de-Gonzague, à 350 mètres du stationnement en rive nord-ouest du canal de Beauharnois.

MRC de Beauharnois-Salaberry
2, rue Ellice
Beauharnois (Québec) J6N 1W6
Téléphone : 450 225-0870, poste 235
info@mrc-beauharnois-salaberry.com
mrc-beauharnois-salaberry.com

*Une plate-forme d’observation a été aménagée à la Halte de l’Oie des Neiges. On peut notamment y accéder par la rue de l’Église, à Saint-Étienne-de-Beauharnois. Tourner à droite (direction est) sur le chemin de la Rivière. Le stationnement de la halte se situe à environ 200 mètres à gauche. Du stationnement, il faut toutefois parcourir environ 2 à 3 kilomètres à pied ou à vélo pour accéder à la plate-forme en question.

 

3) Réserve nationale de faune du Cap-Tourmente*

Cette réserve (située à moins d’une heure de Québec) est un véritable éden pour les amateurs d’oiseaux. En effet, plus de 300 espèces y ont été recensées, notamment la Grande Oie des neiges. La Réserve – reconnue comme zone humide d’importance internationale par la convention Ramsar – offre également 20 kilomètres de sentiers pédestres qui vous permettront de profiter des points de vue remarquables sur le fleuve Saint-Laurent.

Réserve nationale de faune du Cap-Tourmente
570, chemin du Cap-Tourmente
Saint-Joachim (Québec) G0A 3X0
Téléphone : 418 827-4591
ec.captourmente.ec@canada.ca
canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/reserves-nationales-faune/existantes/cap-tourmente.html

*Cette réserve est une aire protégée par Environnement et Changement climatique Canada.

Période d’observation de la Grande Oie des neiges : de la fin d’avril jusqu’à la mi-mai.

4) La Société d’ornithologie de Lanaudière

Cette société de passionnés d’oiseaux offre des rencontres animées et, au printemps, des séances d’observation des Grandes Oies des neiges, des Bernaches du Canada et d’autres oiseaux de passage dans la région.

La Société d’ornithologie de Lanaudière
info@sollanaudiere.com
sollanaudiere.com/SortiesSOL.htm

Dates et heures de l’animation : 21, 22, 28 et 29 avril 2018, de 10 h à 16 h.

Lieu des rencontres : La halte migratoire de Saint-Barthélemy
[Pour s’y rendre, prendre l’autoroute Félix-Leclerc (40) jusqu’à la sortie 155 (Saint-Barthélemy)]. Les visiteurs – qui arrivent de Trois-Rivières ou de Québec – doivent en sortant de l’autoroute tourner à droite (Montée Saint-Laurent) pour traverser le viaduc (en direction du fleuve) et prendre la voie de desserte qui se trouve à gauche immédiatement après le viaduc. Ceux qui arrivent de Montréal doivent continuer tout droit sur la voie de desserte. La halte migratoire de Saint-Barthélemy se trouve sur la voie de desserte.

5) Il ne faut pas oublier non plus les quelques municipalités sur la rive Sud où nos oies font une halte le printemps venu : Leclercville, Lotbinière et Saint-Croix (au Parc détente, en face de l’église).

Les Fonds de Saint-Antoine (à Saint-Antoine-de-Tilly) offrent un accès direct au fleuve. On peut encore admirer quelques belles maisons de villégiature datées de la fin du XIXe. Plus de neuf kilomètres de sentiers y ont été aménagés : vous pourrez aisément admirer ce magnifique oiseau.

Saint-Vallier est un secteur névralgique pour l’observation de la Grande Oie des neiges dans la région aussi bien au printemps qu’en automne. Par ailleurs, dans le secteur de Cap-Saint-Ignace de même que près du quai de Montmagny, il est possible d’observer des dizaines de milliers de Grandes Oies des neiges.

Pour plus d’informations :
migrationdesoies.ca/observer-les-oies/sites-dobservation/
lotbiniere.chaudiereappalaches.com/fr/actualites/2017/04/12/le-retour-des-oies-blanches/

Aussi, je vous propose le livre L’observation des oiseaux au Québec de Guy Huot.

L'Observation des oiseaux au Québec De Guy Huot

Bonne observation!

1 COMMENTAIRE

  1. Merci beaucoup, madame Saint-Laurent, de ces précieux renseignements sur les lieux où aller voir les oies ce printemps.
    Vraiment, votre magazine est des plus intéressants !

Laissez-nous vos commentaires

Cet espace est le vôtre, n’hésitez pas à nous laisser vos remarques, commentaires ou suggestions.
Veuillez entrer vos commentaires
Veuillez entrer votre nom